DE BRUIT ET DE FUREUR

Bagnard de guerre

Scénario : Philippe Pelaez Dessin : Francis Porcel Éditions Grand AngleÀ paraître – One Shot Moi qui aurais pu finir…

Éditions Grand Angle
À paraître – One Shot

Moi qui aurais pu finir à bouffer tranquillement les pissenlits par la racine avec une bonne rouillarde posée sur ma poitrine, enterré entre quatre planches de pin dans mes frusques raisinées et trouées par les balles du peloton… Ben non. Il avait fallu qu’ils me guyanisent, ces cons ! Et pour huit ans, pile c’qu’il faut pour ne pas en revenir, de ce foutu Cayenne ! Huit ans d’éternité…

Moi, ça n’m’embêtait pas de traverser la Grande Salée, même sur une coquille de noix! Mais pour aller aux Amériques, celles du nord, pas ce bout de France ensauvagé par des macaques, bouffé par la jungle, et dévoré par la vermine ! Vingt et un jours de mer à respirer la gerbe des marins d’eau douce et à éviter les coups de couteaux perdus, dans leurs cages à lapin.
Ils appellent le bagne la guillotine sèche. Sèche? Tu parles, à peine arrivé, je transpirais déjà comme une douche, à me faire empaler par les moustiques et brûler vif par le bourguignon !


© Pelaez / Porcel / Grand Angle – Reproduction interdite


Voir toutes les actualités liées à Bagnard de guerre >>